Des formalités simplifiées

Les démarches pour devenir autoentrepreneur sont assez simples à réaliser et rapides mais avant tout enregistrement de son activité, il est important de vérifier quelques points comme de vérifier si l’activité est compatible avec ce nouveau régime, s’assurer que l’activité va attirer des clients potentiels, de choisir quelle sera son activité principale si l’on fait le choix d’opter pour l’auto entreprise comme complément, de choisir le régime fiscal le plus opportun et de choisir la périodicité de déclaration de son chiffre d’affaire.

Il est possible de télécharger un formulaire en ligne sur la plupart des grands sites qui aident à la création d’entreprise (URSSAF, Impôts, APCE, Pôle Emploi) : dans ce formulaire, la plupart des informations à fournir peuvent être données directement par le futur entrepreneur en indiquant l’activité exercée, la date de début d’activité, la nature de celle-ci, etc.

Une simplification du projet

Ce nouveau régime simplifie les projets de création d’entreprise mais il plonge néanmoins les futurs auto entrepreneurs dans un univers particulièrement dense, à savoir obligations comptables, cotisation et charges sociales, RSI ou CIPAV selon la nature de l’activité, impots auto entrepreneur, facture auto entrepreneur.

Autant de termes et de notions qu’il va falloir rapidement intégrer et comprendre pour lancer sa nouvelle activité dans d’excellentes conditions.

Les sites officiels sur l’auto-entreprise aident dans toutes les étapes de création et dans le suivi par la suite : ils vont aider la personne à bien réfléchir, bien préparer son projet en donnant des conseils clés puis en indiquant où et comment de se déclarer, à savoir soit en ligne en remplissant le formulaire P0 AE ou alors en se rendant dans l’un des Centres de formalités aux entreprises (CFE) dont la personne dépend selon son lieu d’implantation et son activité (Chambre de Commerce et d’Industrie, Chambre des Métiers et de l’Artisanat, Greffe du tribunal du Commerce).